Test : XBMC Live


Avoir un ordinateur dédié au Home-Cinéma, beaucoup en rêve, certains l’on fait. Ce genre de configuration cherche à obtenir la meilleure ergonomie possible. Cela passe souvent par des systèmes d’interfaces et de classement dédiés tel que l’est XBMC. Mais Imaginez pouvoir vous affranchir de Windows ou de mac et n’avoir qu’XBMC d’installé sur votre machine ! C’est désormais chose possible avec XBMC Live, dont voici mon test.

Configuration du support :

– Pentium 4      3,06 GHz

-Chipset graphique intégré

Tout d’abord, qu’est ce qu’XBMC ?
C’est un logiciel multimédia libre, basé premièrement pour XBox puis adapté à toutes les plateformes, Windows, Mac Os, Linux, développé en bénévolat par la Team XBMC. XBMC supporte un large choix de formats multimédia et incorpore des fonctionnalités telles que les listes de lecture, les visualisations audio, les diaporamas d’images, les prévisions météo et toute une série d’extensions tierces. En tant que Media center, XBMC peut lire la plupart des formats de fichiers audio ou vidéo et afficher des images depuis n’importe quelle source virtuelle, incluant les CD, DVD, disque USB, Internet et Réseau local. Il peut se connecter sur Internet Movie Database ou CDDB pour récupérer des informations sur les musiques ou vidéos. XBMC offre aussi la possibilité de regarder des vidéos en streaming ou d’écouter les radios sur Internet, notamment celles des services Shoutcast et Last.fm.

Installation :
J’ai choisi non pas d’installer le logiciel sur une distribution déjà installée mais de l’installer via le Live CD disponible sur le site d’XBMC en temps qu’OS. L’installation de la distribution XBMC est exactement la même qu’une installation par Live CD d’une distribution linux comme Ubuntu par exemple. Nom de machine, nom d’utilisateur, un gestionnaire de partitions bien évidemment ainsi que la détection automatique des paramètres et de la connexion internet. Je conseille en effet d’installer XBMC en étant connecté à internet, les mises à jour s’installeront d’elles même.

Ecran d’accueil :
Au démarrage de l’ordinateur, plusieurs points à constater. Une extrême fluidité du logiciel en ce qui concerne les menus, du au fait qu’ XBMC soit basé sur une distribution linux, alors que l’ordinateur support à plus de 8 ans. Le thème par défaut de la version Dharma 10.1 est Confluence. Très esthétique et ergonomique.

5 menus : Météo, Images, Musique, Vidéos, Programmes, Système

Les 3 menus, images, musique, vidéos présentent au premier démarrage la possibilité de choisir une source d’importation ou tout simplement de lecture de données. La détection de tous les lecteurs est impeccable. Aucun problème.

Un point négatif concernant les paramètres. Le changement des polices, thèmes, couleurs, zoom, écran de démarrage etc etc ne se fait pas par menu déroulant mais par sélection suivante ou précédente. Alors pour choisir la langue Française au milieu des 100 proposées je ne vous raconte pas … En dehors de ceci, tout est paramétrable, absolument tout.

La navigation est très claire, très fluide et très propre. Excellente ergonomie.

Formats supportés :

  • Formats d’extensions : AVIMPEGWMVASFFLVMKVMOVMP4, M4A,  AACNUTOggOGMRealMedia RAM/RM/RV/RA/RMVB, 3gp, VIVO, PVA, NUVNSVNSAFLIFLC, andDVR-MS (beta support)
  • Format vidéo : MPEG-1MPEG-2H.263, MPEG-4 SP et ASPMPEG-4 AVC (H.264), HuffYUVIndeoMJPEGRealVideoQuickTimeSorensonWMV,          Cinepak,
  • Formats audios : AIFFWAV/WAVEMP2MP3AACAACplusAC3DTSALACAMR,             FLACMonkey’s Audio (APE), RealAudioSHNWavPackMPC/Musepack/Mpeg+SpeexVorbisand WMA.
  • Formats photo/image : BMPJPEGGIFPNGTIFFMNGICOPCX and Targa/TGA
  • Formats sous-titre : AQTitleASS/SSACCJACOsubMicroDVDMPsubOGM, PJS, RTSMISRTSUBVOBsubVPlayer 
Bien entendu il gère la HD :)
Conclusion : Mangez en !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>